Le Cerasuolo d’Abruzzo

cerasuolo

Dans cette chronique, notre objectif est d’approfondir notre connaissance de la vigne, cette extraordinaire plante grimpante dont nous cueillons le fruit, qui donne le vin et qui nous fascine tant. Maintenant est l’occasion de ne pas tout prendre pour acquis et de ne pas pécher de légèreté.

Il ne serait pas convenable de parler de l’excellence des Abruzzes, du moins d’un point de vue vitivinicole, sans faire référence au Cerasuolo, qui est en fait le vin rosé de cette région par excellence, voire pire, ne pas en parler simplement parce qu’il provient d’un cépage que nous avons déjà mentionné en parlant de vin rouge.

Heureusement, il n’est pas nécessaire d’être un grand expert pour apprécier et déguster un bon vin. Certains d’entre vous pourraient même avoir déjà goûté le Cerasuolo sans avoir une idée claire de la façon dont il est obtenu et de quelle vigne il provient.

Serait-il le résultat de la fameuse union du vin rouge et du vin blanc ? Disons non !

Peut-être que certains de nos arrière-grands-parents ont essayé, et peut-être même réussi, mais aujourd’hui d’autres méthodes sont préférables. D’autant plus qu’en Italie, cela ne serait même pas autorisé par la loi.

Mais alors, comment obtenir ce vin aux caractéristiques si fascinantes ?

Tout d’abord, il est nécessaire de fixer dans notre esprit que le Cerasuolo d’Abruzzo provient du cépage Montepulciano d’Abruzzo, c’est-à-dire que les raisins sont ceux du cépage le plus célèbre et le plus représentatif des raisins rouges des Abruzzes.

Il s’agit donc du même cépage dont nous avons parlé la dernière fois, dont l’histoire a plus de deux mille ans et qui a maintenu Montepulciano d’Abruzzo et Cerasuolo dans la même dénomination jusqu’en 2010, date à laquelle le Cerasuolo a enfin pu être reconnu comme un vin DOC.

Cela dit, il existe de nombreuses façons de le produire, même si la plus utilisée, et je ne parle pas seulement de notre rosé des Abruzzes mais aussi de tout autre vin rosé dans le monde, est la vinification de raisins rouges en blanc.

En pratique, les raisins, une fois pressés, macèrent avec les peaux et les pépins pendant une courte période, suffisamment pour transférer les quantités nécessaires de substances colorantes et de tannins demandés par le vinificateur, afin d’obtenir le produit final.

En réalité, il existe de nombreuses autres méthodes de production de vin rosé, comme le “salasso”, ou assemblage, particulièrement utilisé dans la production de vins mousseux, ou le pressage direct. Mais pour l’instant, nous préférons nous concentrer sur le cépage et les caractéristiques du vin produit.

Ce cépage, dans la version Cerasuolo, a réussi à créer un vin d’une belle couleur rosée, avec des tons doux classiques, cerasuolo et claret, avec des nuances allant du saumon à la peau d’oignon et au corail, ainsi que des parfums floraux intenses de rose, jasmin, géranium et des parfums fruités de cerise, framboise, fraise et groseille, ainsi qu’un l’arrière-goût typique de vinosité ou d’amande, et bien d’autres encore.

Le vin qui en résulte est généralement corsé, avec une bonne persistance, caractérisé par une belle acidité et minéralité, un tanin délicat et une chaleur et une douceur absolument séduisantes et équilibrées.

La zone de production du Cerasuolo est identifiable dans les terres particulièrement adaptées à une viticulture de qualité, dans les 4 provinces des Abruzzes. Il peut être obtenu dans la version de base ou “supérieure”, dans lesquelles les deux doivent avoir au moins 85% de raisin Montepulciano d’Abruzzo et les 15% restants de cépages noirs adaptés à la culture dans la région des Abruzzes.

Encore une fois, à partir du cépage Montepulciano d’Abruzzo, nous avons réussi à obtenir un vin élégant et raffiné qui a apporté du prestige à notre région.

Le Cerasuolo a la caractéristique de pouvoir être combiné avec presque tout, à une température pas très froide d’au moins 8-10 degrés, pouvant satisfaire même les indécis, avec les apéritifs, les entrées, les plats de poisson, les plats végétariens, les viandes blanches et rouges ainsi que les fromages à pâte courte et longue.